collection d’objets d’art privée à vendre

art collection for sale

Archive pour février, 2008

SUSE ET L’ELAM

Posté : 12 février, 2008 @ 12:17 dans Non classé | Pas de commentaires »

photo013.jpg

Dynasties Archaïques de Sumer, milieu du IIIe millénaire.

Origine : Mésopotamie fouilles de Tello

La ville de Suse a connu, de la fin de l’époque proto élamite à l’époque d’Akkad, vers 2350 Av JC, une situation de déclin par rapport à l’époque précédente. L’influence Mésopotamienne y est manifeste et Suse s’assimile à une « modeste cité de type sumérien », même si l’écriture y reste absente et bien que la ville conserve toujours des traits d’originalité.

Ce n’est qu’à l’époque d’Akkad que la ville redevient le centre d’un réseau commercial important lorsque les rois d’Akkad Sargon, Manishtusu, puis Naram sin font campagne en Elam.

Les fouilles effectuées à l’emplacement du temple de la déesse Ninhursag ont permis de retrouver différents matériels votifs de type sumérien, plaques perforées, orants et tablettes de bitume.

Les orants sont presque tous en Albâtre, matière de prédilection pour ce type d’objet. Ils portent le Kaunakès sumérien, fait de peaux de mouton. Cet étrange vêtement, qui semble bien commode, n’était peut être porté que lors de cérémonies.

Les épaules sont rondes, les mains croisées sont rendues un peu maladroitement mais avec un grand souci de précision, et si les grands yeux évidés donnent toujours au visage une expression étrange, la bouche esquisse un léger sourire qui humanise le personnage.

 

LES CITES SUMMERIENNES – SUMERIANS CITIES

Posté : 3 février, 2008 @ 11:52 dans Non classé | Pas de commentaires »

photo013.jpgphoto011.jpg

DEFINITION 

Le nom Sumer ou Shumer, écrit en cuneiforme KI.EN.GI, désigne une région de la basse Mésopotamie antique (actuellement la partie Sud de l’Irak) en bordure du golfe persique (situé à cette époque au nord-ouest de l’actuel golfe). Il a donné son nom aux Sumériens, peuple non sémitique d’origine mal connue, qui y était établi au IVe millénaire avant JC. Elle constitue la première civilisation véritablement urbaine et marque la fin de la préhistoire au moyen orient, la plupart des cultures de cette région seront plus ou moins influencées pendant toute la haute antiquité et la moyenne antiquité.

La civilisation sumérienne est apparue selon Jean Margueron du fait que l’épeautre, céréale poussant naturellement depuis des millénaires à proximité des berges du Tigre et l’Euphrate, a permis il y a 9000 ans à l’homme d’alors de se sédentariser en remplaçant le besoin de s’alimenter au jour le jour par la possibilité de stocker des céréales, donc des aliments, sur une année: mutation décisive qui induisit les premières structures urbaines, rendant nécessaires des travaux d’irrigation d’une exceptionnelle ampleur, sur des milliers d’hectares. La civilisation sumérienne se développa en inventant l’écriture et l’architecture. La plupart des mythes judéo-chrétiens puis islamiques ( le déluge, les dieux, la tour de babel, la trilogie, l’enfer, etc.) portent l’empreinte de la culture sumérienne

Structure politique

L’utilisation de l’écriture est concomitante à une organisation complexe de la société. Elle est administrée, de façon méticuleuse et tatillonne, par un État monarchique et sacerdotal dirigé par un roi (lugal, « homme grand ») ou un prince (ensi, autrefois lu patesi).

Le sumérologue Th. Jacobsen propose l’idée d’une démocratie primitive aux origines de Sumer. En s’appuyant principalement sur les mythes qui mettent en scène des assemblées où interviennent des héros, des hommes ou des divinités (épopée de Gilgamesh), il pense que la plus ancienne institution politique aurait été une assemblée d’hommes libres où des Anciens auraient géré des affaires courantes et lorsque le besoin s’en faisait sentir, auraient délégué des pouvoirs à un « en » pour des travaux importants ou à un « lugal » en cas de guerre. Dans ce système, les autorités religieuses et royales auraient pu se développer au détriment d’hommes libres.

Karl August Wittvogel défend la thèse d’un État « hydraulique ». La civilisation sumérienne offre un exemple, parmi d’autres, de l’existence d’un pouvoir despotique exigé par la nécessité d’organiser et d’administrer un réseau de distribution de l’eau : il fallait répartir équitablement celle-ci, mais aussi obtenir par la corvée le travail nécessaire à la création, puis à l’entretien de ce réseau. Cette théorie pouvait facilement se fondre avec celle d’une démocratie primitive et le despotisme du pouvoir royal. Elle a été combattue, notamment après les recherches de R. McAdams, qui montrent que les réseaux d’irrigation de Sumer au début du IIIe millénaire ne nécessitaient pas un pouvoir coercitif, chaque agglomération n’ayant besoin que d’un territoire réduit pour subvenir à ses besoins. De plus, les historiens n’ont pas trouvé dans les textes la preuve que le despotisme oriental soit issu des problèmes liés à la gestion de l’eau, même si l’une des tâches royales a été d’assurer la construction et la gestion des canaux. Les recherches en ce domaine ne sont pas terminées et l’on peut se demander si l’aménagement régional de Mari, dont la réalisation a certainement exigé de très gros moyens en hommes et en temps, a pu se faire sans un pouvoir coercitif, s’appuyant sur l’idée de l’État et de ses besoins.

Religion

La religion sumérienne a influencé l’ensemble de la Mésopotamie pendant près de 3000 ans. Elle est une composante très importante de la vie, privée comme publique, des Sumériens et donne naissance à des représentations artistiques comme à des œuvres littéraires. Dans la conception sumérienne, le souverain n’est que le dépositaire de la divinité : sa fonction est sacerdotale aussi bien que politique.

 

La religion sumérienne est caractérisée par son polythéisme et son syncrétisme. Son panthéon compte une grande variété de dieux, structurée en une hiérarchie stricte, calquée sur la société humaine. Au sommet se trouve la triade cosmique constituée de :

 

    * An (« dieu-ciel »), maître du ciel, roi des dieux, et sa parèdre Antum ;

    * Enlil (« seigneur-air »), maître de la terre, démiurge, dieu protecteur de Nippur, et sa parèdre Ninlil ;

    * Enki (« seigneur-terre » ?), Ea pour les Sémites, maître des eaux douces, dont la ville sainte est Eridu.

English version coming soon

 

ILLUSTRATIONS & BD |
galerie peinture de Alain F... |
moi, ma vie, mon oeuvre, mo... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hunter house
| Tapis volant...
| L'atelier de Leonor